Les types de Cloud expliqués

Paas, Iaas, Saas, Hybride, multicloud

Cloud, IT, Systèmes d'information

0  comments

Qu’est-ce que le Cloud ? Comment s’y retrouver parmi la multitude de services qui ne cesse d’évoluer ? Dans cet article, nous décryptons en terme simple les principaux types de services du Cloud... 

Afin d’en comprendre les différences. Maitriser leur signification, c’est reprendre le contrôle d’un monde qui ne cesse de se numériser, afin de les utiliser à bon escient et pour les bons usages : vos usages !

Avant de démarrer, sachez que cet article est la suite d’une série (Infrastructure informatique Point de départ pour sa stratégie ) ou j’explore les principes des infrastructures informatiques et les critères utiles à prendre en compte pour vos projets.
Cela pourra être utile si vous souhaitez aller plus en profondeur dans les couches des services que l’on va voir en commençant par le SAAS.

Critères généraux de conception pour un projet d'infrastructure (cliquez pour agrandir)

Maitriser les services du Cloud, c’est reprendre le contrôle...  ...pour les bons usages : vos usages !

Software as a Service / SaaS

Le SaaS signifie en anglais Software As a Service. C’est un logiciel qui est mis à disposition et maintenu par l’éditeur sur ces propres infrastructures informatiques. Ce qui signifie que l’ensemble de la responsabilité technique est à la charge du fournisseur. Concrètement, le client consomme l’application et il n’a pas à gérer les installations, les changements de versions, la montée en charge, etc. 

Les logiciels en Saas sont très pratiques et couvrent de multiples besoins.

Par exemple : le suivi des relations clients avec des outils comme Salesforce, le stockage de données avec Dropbox, les suites bureautiques comme celle de Google ou de Microsoft, mais aussi des logiciels de communication, de paiement, de boutique en ligne, etc., etc.., etc..

La plupart des éditeurs, et même ceux qui avaient un modèle d’acquisition plus traditionnelle proposent aujourd'hui des solutions en Saas. L’avantage est que l’on ne s’occupe de quasiment rien si ce n’est de sortir la carte bleue, avec un modèle économique proportionnel au nombre d’utilisateurs ou à l’usage. 

Le modèle SAAS est très séduisant et répond à de nombreux besoins, mais il y a quelques inconvénients :

  • Votre organisation et vos processus devront s’adapter à l’outil, car vous partagez un socle de fonctions communes avec l’ensemble des clients : pas de développement particulier ni spécifique.
  • De ce fait, l’intégration avec le système d’information existant pourra être plus complexe à traiter.
  • Enfin, vous créez une dépendance forte avec un fournisseur, ce qui dans certains cas d'usage ne conviendra pas à tous les types d’organisation.

En fonction des enjeux, la facilité d'accès ne devrait pas éclipser une étude détaillée dans le contexte spécifique de l’entreprise.

Platforme as a Service / PaaS

Les "Platforme As a service" ou PAAS permettent aux clients d’héberger et d’exécuter des applications sans avoir à gérer les environnements techniques sous-jacents.

Dans le cas d’une base de données ou d’une application, la responsabilité du client est au niveau de l’instance des bases et du code source. Les applications sous-jacentes comme le SGBD ou le serveur web sont de la responsabilité du fournisseur.

Ce type de plateforme présente des avantages intéressants. Par exemple, pas besoin pour le client de gérer des fonctions de haute disponibilité, ou la scalabilité, c’est-à-dire l’augmentation des ressources au fur et à mesure des besoins.

Ce type de service sera en général facturé à l’usage des ressources utilisées.

Le PAAS  peut répondre  à des cas d’usages intéressants :

Une entreprise pourra s’appuyer sur ce type de service pour développer sa solution et ne pas avoir à gérer lui-même les infrastructures sous-jacentes.

Par exemple, une startup du numérique pourra se concentrer sur le développement de son service immédiatement sans avoir à investir dans des infrastructures couteuses.

Autre cas, si l’on souhaite limiter la quantité de machines à gérer. L’hébergement et l’installation d’application tierce pourront également être envisagés sur des "platform as a service".

Attention cependant aux mauvaises surprises de facturation !

Comme c’est proportionnel à l’usage, si les  applications n’ont pas été développées et optimiser dans cette optique. Le cout d’hébergement pourra être important.

Les ressources étant virtuellement infinies, des logiciels mal conçus pourraient saler l’addition.

Infrastructure as a Service (IaaS)

Les services cloud consistant à proposer à la demande des machines virtuelles s’appellent Iaas pour Infrastructure as a service. Pour ce type de service, c’est assez simple, vous choisissez la configuration de votre machine virtuelle : mémoire, disque, processeur, ainsi que les diverses options comme la sauvegarde et de la même manière que pour le Paas vous êtes facturés à l’usage.

Le périmètre de responsabilité du client est à partir du système d’exploitation de la machine virtuelle.

Le fournisseur lui s’occupe de provisionner et de fournir au fur et à mesure des besoins les infrastructures et les systèmes de virtualisation sous-jacents.

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

L’Hébergement (ou Hosting)

L’hébergement consiste à proposer à ses clients des serveurs physiques avec des configurations standardisées, son réseau interne et son datacenter.

L’installation et le paramétrage des systèmes, ainsi que toutes les couches supérieures seront de la responsabilité du client. Pour en savoir plus sur la couche système, je vous invite à regarder l'article numéro 2 de cette série.

L’abonnement des hébergements n’est en général pas facturé à l’usage, mais est dépendant de la configuration des serveurs et des options choisies.

Ce type de service est adapté si les besoins sont ponctuels à court ou moyen terme.

Les hébergeurs ont un stock de machines déployé ou prêt à être déployé ce qui permet d’avoir à disposition un serveur complet beaucoup plus rapidement qu’en le commandant chez un constructeur traditionnel.

Cloud public et cloud privé ?

Les années 2010 marquent l’essor commercial des offres Cloud. À cette époque les catégories et les définitions des services n’étaient pas toujours partagées par les fournisseurs. Et particulièrement pour les notions de Cloud public et Cloud  privé.

Aujourd’hui c’est un peu plus clair, et on identifie les grands fournisseurs tel qu’ Azure , AWS, Google, etc. comme fournisseur de cloud Public. Le cloud public est caractérisé par deux choses :

  1. Les offres sont ouvertes globalement à la vente depuis Internet tant aux entreprises qu’aux particuliers. 
  2. Les ressources physiques et informatiques sont partagées pour l’ensemble des clients. Par exemple, votre VM ou votre logiciel SAAS partagera des infrastructures informatiques communes avec d’autres clients.

À l’opposé, les sociétés proposant des services de Cloud privées sont souvent réservées aux entreprises, avec une caractéristique c’est que l’instance et les infrastructures sous-jacentes  sont dédié à un seul client.

Cloud hybride et multi-cloud

Nous avons évoqué les différentes catégories des offres Cloud, que l’on pourrait opposer aux infrastructures traditionnelles à héberger directement dans l’entreprise pour ses besoins. On utilise le terme anglais pour désigner ces configurations par infrastructure "On Premise". Dans ce cas de figure, l’entreprise dispose de ces propres locaux et à une maitrise de bout en bout de son infrastructure informatique.

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

Il est toutefois possible de relier une intrastructure "On premise" avec des services Cloud et l'on parle alors d’une configuration Hybride ou Cloud hybride. Mais il est aussi possible d’utiliser plusieurs fournisseurs de Cloud et on parle alors de configuration Multi-Cloud.

Cela peut répondre à des scénarios variés, par exemple garder les données critiques à demeure et profiter de l’élasticité des services du Cloud et de ces capacités de débordement lors d’un pic de ressource ou pour un plan de reprise d’activité.

Conclusion

Vous l’avez compris, derrière la notion de Cloud, il y a une infinité de services, de possibilités, mais avec des paradigmes et des logiques parfois différentes.

Ce qui était censé vous simplifier votre système d’information apporte également son lot de complexité. Et pour appréhender ce type de projet,  la mise en place d’une gouvernance Cloud  avec des règles adaptées vous aidera à maintenir la cohésion avec  votre stratégie et l’ensemble du système d’information.

Ce premier article  sur les types de Cloud se termine, je vous remercie de l’avoir lu jusqu’au bout.

A très bientôt 😉 !


Tags

Archimate, Cloud, Infrastructure informatique


Autres articles

Analyser la stratégie d’un leader

Analyser la stratégie d’un leader
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>